L’apprentissage
du CAP au Bac +5,
l’action et le savoir,
le cœur de la formation
Formations

Licence pro. Technico-commercial en commerce international

Cette Licence a été conçue avec les professionnels du commerce international et a pour objectif de former des cadres commerciaux spécialistes de l'export et maitrisant obligatoirement l'anglais et une deuxième langue vivante.

Elle forme des collaborateurs d'entreprises au suivi de dossiers et aux techniques de travail dans un contexte international, capables de prendre en charge des missions en lien avec l'étranger.

Cette formation amènent les apprentis à être rapidement opérationnels en entreprise en abordant tous les fondamentaux du métier:

  • Aspects logistiques et juridiques du commerce
  • Langues et connaissances des marchés étrangers
  • Marketing et techniques de commercialisation
  • Gestion d'entreprise et d'équipes internationales
  • Analyse comptable et business plan
  • Informatique et e-commerce

 

S’orienter vers un cursus en apprentissage c’est vouloir une insertion rapide et efficace dans le monde professionnel après l’obtention du diplôme.
Saban, contrôleur de gestion, diplômé 2013 de la licence TCCI et 2015 de L'INSEEC

 

 

Programme

Le programme est basé selon l'organisation suivante:

  • 34 semaines en alternance avec un rythme de : 3 jours en entreprise et 2 jours à l'Université
  • Des conférences professionnelles
  • 1 projet tuteuré
  • 1 semaine à Malte avec des visites d'enterprises et rencontres de professionnels

 

Le programme est structuré en différentes unités d'enseignement:

U.E.générales - Connaissances et savoir-faire nécessaires pour travailler à l'international :

  • Commerce International
  • Marchés internationaux et langues
  • Gestion de l'entreprise

U.E. professionnelles - favorisent l'insertion Professionnelle

  • Conférences
  • Projet tuteuré
  • Missions à Malte

Vos missions en entreprise :

  • assurer des missions à l’étranger pour plusieurs mois (chantiers, prospection ou vente)
  • concevoir et traduire des supports spécifiques aux activités industrielles internationales
  • assurer une gestion administrative et opérationnelle d’activités à l’international
  • participer ou prendre en charge l’implantation de nouvelles structures à l’étranger

 Métiers ciblés :

Les emplois ciblés sont ceux de cadre commercial, d’attaché technico-commercial, de responsable export ou d’ingénieur d’affaires dans tous types d’entreprises travaillant à l’international.

 

Exemples de métiers visés :

  • Responsable consommateurs
  • Responsable export à l'international
  • Informations complémentaires sur les métiers préparés

Les emplois accessibles après cette Licence sont :

  • Assistant /cadre Commercial Export
  • Assistant / Responsable du développement International
  • Responsable Vente/Marketing
  • Responsable Relation Clientèle Internationale
  • Responsable Approvisionnements
  • Responsable Transport et/ou Logistique

Les licences professionnelles sont conçues pour faciliter une insertion professionnelle directe et réussie : 78% des dernières promotions ont été embauchées à l'issue de leur stage.

 

Désireux de mettre en pratique ses acquis, Mickael Cardoso n’a pas hésité à choisir la voie de l’apprentissage pour la licence 3 Technico-commercial en commerce international proposée par l’université de Cergy-Pontoise et le CFA SACEF. Son année d’alternance dans la société de transports Heppner lui a assuré un poste en CDI dans un secteur très recherché.

Quel est votre parcours après le Bac ? Pourquoi avez-vous choisi la voie de l’apprentissage pour votre troisième année de licence ?

Après le Bac, j’ai fait un BTS Commerce International au lycée Notre-Dame  à Verneuil-sur-Seine. À la base, je voulais le faire en alternance, mais je n’ai pas trouvé d’entreprise, donc je me suis réorienté vers la formation initiale. Après le BTS, j’étais toujours motivé pour faire de l’alternance, déjà pour gagner un peu d’argent – quand j’étais en BTS, comme je n’avais pas de revenus, j’avais dû trouver un job étudiant en parallèle de mes études – puis, pour mettre en pratique ce que j’étudiais. J’ai donc postulé à la licence 3 professionnelle Technico-commercial en commerce international, qui avait un rythme de 3 jours en entreprise et 2 jours à l’école.

Comment avez-vous obtenu votre contrat d’apprentissage chez Heppner ?

J’ai réussi à avoir un contrat grâce à l’aide du CFA SACEF. Ma conseillère professionnelle, Lydie Philippe, a transmis mon CV à plusieurs entreprises, et la société Heppner, où je suis actuellement, m’a contacté. J’ai passé un premier entretien avec le chef de service, qui est mon responsable aujourd’hui, un deuxième entretien avec la RH et puis ils m’ont recruté.

Quel a été l’accompagnement du CFA avant l’obtention du contrat et pendant l’apprentissage ?

J’ai eu un véritable accompagnement pour m’aider à conclure le contrat. Lydie Philippe, ma conseillère, m’a reçu quelques fois au CFA pour me préparer aux entretiens, elle a vu que j’étais motivé et elle a transmis mon CV à ses contacts.

Pendant l’année, on était en contact pour savoir si tout se passait bien, mais vu qu’il n’y avait aucun problème, il n’y a pas eu d’accompagnement particulier. Nous nous sommes notamment revus pour savoir si je voulais continuer mes études. Elle m’avait dirigé vers l’INSEEC, mais, assez tôt dans l’année, mon employeur m’avait dit qu’il voulait m’embaucher en CDI si tout se passait bien, donc, au vu de l’opportunité, je n’étais pas vraiment ouvert à continuer mes études. Je voulais travailler.

Le rôle du conseiller professionnel vous a donc été utile…

Oui, très utile. Sans l’aide de ma conseillère professionnelle, je n’aurais peut-être pas trouvé d'alternance. Le fait qu’elle ait transmis mon CV à ses contacts m’a bien profité, je ne connaissais pas la société Heppner avant. La conseillère m’a formé sur comment « me vendre » auprès d’un recruteur et cela m’a beaucoup aidé.

 J’ai eu un véritable accompagnement pour m’aider à conclure le contrat. [...] Sans l’aide de ma conseillère professionnelle, je n’aurais peut-être pas trouvé d'alternance."

Quelles missions avez-vous pu mener chez Heppner ?

Heppner est un transiteur, un organisateur de transports qui travaille en B to B et qui s’occupe de trouver des solutions pour les sociétés qui ont besoin de transporter des marchandises. J’ai été recruté en octobre 2016 en tant que commercial sédentaire, pour gérer un portefeuille de clients — les plus petits — depuis le bureau. J’ai fait du suivi, de la prise de rendez-vous et de la prospection pour les commerciaux.

Puis, au mois d’avril 2017, la responsable des cotations, qui était en CDI dans mon même service, le service commercial, a quitté la société. À partir de mai, je l’ai donc remplacée sur son poste, en laissant un peu de côté mes premières missions. Ce changement de poste m’a permis d’acquérir d’autres compétences, j’ai vraiment pu pratiquer.

Qu’ont apporté les cours suivis à l’université à votre formation pratique en entreprise ?

En L3, j’ai revu beaucoup de choses que j’avais déjà faites en BTS, j’ai principalement consolidé les compétences et les savoirs précédemment acquis. J’ai pu faire des liens entre la théorie et la pratique, pour les cours commerciaux (le calcul de la marge, par exemple) ou les cours de langue (j’utilise parfois l’anglais au travail). La licence est assez générale, et moi je suis dans une entreprise qui opère dans un secteur très spécifique, le transport, donc les liens restent relatifs, mais j’ai mis en pratique un certain nombre d'acquis.

Comment s’est décidée votre embauche en CDI après l’apprentissage ?

Heppner a plusieurs agences en France, chaque agence recrute un alternant avec l’objectif de le former et de le garder dans l’entreprise en tant que commercial. Dès le départ, mon responsable m’avait dit que le but était de me faire les armes en tant qu’apprenti et de me recruter en tant que commercial en CDI par la suite.

Mais, après le départ de ma collègue, j’ai assuré son poste en tant que responsable des cotations, à la fin de l’apprentissage et pendant les premiers mois de mon CDI. Depuis le début de l’année 2018, j’ai repris mon poste initial, celui de commercial, mais itinérant cette fois-ci.

Quelles sont vos perspectives de carrière ?

Je pense que je vais rester dans la même entreprise quelques années pour bien faire mes marques et consolider mes compétences. Par la suite, je pense que je resterai dans le secteur des transports. Les commerciaux sont très recherchés dans ce secteur ; j’ai déjà été démarché par la concurrence pour me proposer des postes de commercial. Je pense qu’il y a vraiment quelque chose à faire dans ce milieu. J’ai eu vraiment beaucoup de chance, l’apprentissage m’a ouvert une très belle voie. Aujourd’hui, je suis épanoui, j’aime ce que je fais.

Propos recueillis par Angela Pinzone, novembre 2017

 

Saban Musa a 25 ans. Diplomé de l'université de Cergy-Pontoise en 2013 (Licence technico-commercial en commerce international) et de L'INSEEC business school en 2015, il est aujourd'hui contrôleur de gestion au sein du groupe Engie.

Dans quels postes avez-vous évolué durant ces trois années d'apprentissage ?

J’ai réalisé l’ensemble de mes études supérieures en apprentissage, ce qui rend mon parcours scolaire assez atypique mais cela m'a aussi donné l’opportunité de travailler au sein de très grandes multinationales comme Doka et Thales.

Lors de ma Licence professionnelle en Commerce international en alternance, j’ai intégré le Groupe Thales, au sein de sa filiale Thales Global Services, une entité de services partagés. J’ai travaillé comme administrateur des ventes et chargé relations client à l’international.

En 2013, j’ai intégré l’Ecole de Commerce l’INSEEC via l’admission parallèle en Master Finance, avec comme spécialisation Audit et Contrôle de Gestion, en alternance. J’ai occupé le poste de Contrôleur de Gestion Junior au sein de Thales Global Services.

J’ai trouvé ces entités grâce au réseau d’entreprises du CFA SACEF ainsi que grâce à mon réseau personnel.

Que vous a apporté l’apprentissage ?

Selon moi, s’orienter vers un cursus en apprentissage c’est vouloir une insertion rapide et efficace dans le monde professionnel, après l’obtention du diplôme. En effet, les personnes qui sont en apprentissage développent des compétences recherchées par les entreprises, et peuvent ainsi prétendre à une embauche plus rapide. Ils ont aussi une approche plus professionnelle que les personnes qui suivent un cursus classique.
Pour moi, les avantages de l’apprentissage sont l’expérience acquise, développer un réseau professionnel, mettre en pratique les notions vues en cours ainsi que le salaire que l’on peut recevoir.

J'ai acquis des compétences qui me seront utiles dans mon futur métier, comme la possibilité de négocier dans plus de six langues (anglais, espagnol, serbe...). Je suis capable d'assurer la présentation de réunions devant plusieurs personnes sans problème. De plus, je pense pouvoir m’adapter rapidement à toute situation, que ce soit de travail seul ou en équipe.

Suivre un parcours en double cursus m’a permis de développer des compétences professionnelles tout en suivant des cours en parallèle.

Estimez-vous que l’apprentissage vous a aidé à vous insérer professionnellement ?

Je suis convaincu que l’apprentissage m’a aidé à trouver mon poste de contrôleur de gestion. En effet, les recruteurs de nos jours recherchent des jeunes diplômés ayant déjà un peu d’expérience. De plus, lors de mon apprentissage au sein de Thales j’ai pu développer des compétences recherchées par les entreprises.
 J’ai, par ailleurs, trouvé mon poste actuel grâce au réseau que j’ai pu développer lors de mon apprentissage au sein de Thales.

Quels seraient les conseils que vous pourriez donner à un jeune qui cherche à se diriger dans le même secteur d’activité que vous et qui hésite entre formation initiale et apprentissage ?

Je conseille vivement aux futurs étudiants de se tourner vers une formation apprentissage. En effet, les entreprises cherchent des jeunes diplômés disposant d’une expérience bien supérieure à celle acquise lors d’un simple stage. Une formation en apprentissage permet une inmmersion totale au sein d’une entité et de pouvoir développer des compétences recherchées par les entreprises.

Les conseils que je pourrais donner aux futurs étudiants qui souhaitent se lancer dans un cursus en apprentissage, c’est de commencer les recherches d’un poste en alternance très tôt. En effet, il est important de pouvoir choisir son entreprise, en ayant plusieurs choix possibles. Selon moi, le choix de l’entreprise doit prendre en compte plusieurs critères tels que l’envie de l’entreprise de s’engager dans la formation de l’apprenti, les missions qui seront proposées, l’épanouissement personnel et professionnel du jeune ainsi que l’ambiance de travail.

Propos recueillis en mars 2016

Procédure d'admission

Pré-requis :

Etre titulaire d'un Bac +2

  • DUT ou BTS Techniques, scientifiques, logistique...
  • BTS Tertiaires : CI, AST, MUC, NRC, AM, AG PME-PMI
  • DUT Techniques de Commercialisation

Admission :

  • Télécharger le dossier de candidature PDF sur le site de l'Université de Cergy Pontoise ou du CFA SACEF. L'envoyer à l'Université.
  • candidater sur la candidature en ligne du CFA
  • Si vous êtes admis, vous serez convoqué à un premier atelier d'accompagnement pour votre recherche d'entreprise par votre conseillère professionnelle du CFA SACEF.

 

Rythme d'alternance

2 jours formation / 3 jours en entreprise

Lieu de formation

Université de CERGY PONTOISE

Avenue Bernard Hirsh
95806  CERGY-PONTOISE Cedex

Candidature en ligne
Plaquette
Ecole partenaire

contact

contact

XAVIER BEDOUARD

conseiller professionnel

  • 01 78 09 88 53

Nos établissements partenaires